Ecran Village

Cinéma associatif à Vernoux, Lamastre, St Jean Chambre et Chalencon (07)

 

Du 07 au 13 décembre (2 films) 14 décembre, 2011

Classé dans : Archives — Moïse @ 7:21

INTOUCHABLES

afficheintouchables.jpg
Film de Éric Toledano & Olivier Nakache (comédie – France – 2011 – 1h52)
Avec François Cluzet, Omar Sy, Anne Le Ny, Audrey Fleurot …

A la suite d’un accident de parapente, Philippe, riche aristocrate, engage comme aide à domicile Driss, un jeune de banlieue tout juste sorti de prison… Bref, la personne la moins adaptée pour le job. Ensemble ils vont faire cohabiter Vivaldi et Earth Wind and Fire, le verbe et la vanne, les costumes et les bas de survêtement… Deux univers vont se téléscoper, s’apprivoiser, pour donner naissance à une amitié aussi dingue, drôle et forte qu’inattendue, une relation unique qui fera des étincelles et qui les rendra… Intouchables.2 L’un est blanc, l’autre noir. L’un plein aux as et l’autre dans la dèche. L’un habite un hôtel particulier à Paris, l’autre n’a plus droit de cité dans son HLM de banlieue. Ils se rencontrent et deviennent de formidables copains. Racontée un peu vite, cette histoire de contraires qui s’unissent ferait craindre le pire. Mais, en fait, c’est une histoire de semblables qui commence. Et Intouchables la raconte drôlement bien. Tout est affaire de handicap. Celui de Philippe est très lourd, celui de Driss est costaud aussi (un zéro de la société). Sur le premier, on a collé l’étiquette « désespoir » et, sur le second, l’étiquette « sans espoir ». Mais, du haut de son fauteuil roulant, Philippe rejette les mines de commisération contrite, et les mines de condamnation affligée glissent sur Driss. Ces deux-là vont se rejoindre au-delà des jugements, au-dessus du lot commun, dans tout ce qui les rend imperméables au simplisme ambiant. Intouchables est l’histoire d’une attitude face à la vie. Une manière d’être dans la légèreté, l’élégance et le rire au lieu de sombrer dans l’ordinaire. Une histoire vraie, qui a inspiré Eric Toledano et Olivier Nakache. Tout en construisant des scènes efficaces, les réalisateurs sont restés en symbiose avec leurs personnages. Dès l’ouverture du film, Driss et Philippe en font trop : le premier conduit dans Paris comme un braqueur de banque et, quand la police s’en mêle, le second simule une crise d’épilepsie. On peut savourer le punch comique, mais ce que l’humour a de vital compte tout autant : le rire est, ici, salvateur, jusque dans la clownerie. Si l’on croit à la dimension humaine de cette comédie, c’est aussi parce que la belle rencontre que raconte le film est celle de deux comédiens tranquillement exceptionnels, François Cluzet et Omar Sy. Grâce à eux, il passe à la fois dans Intouchables un plaisir fort, jamais forcé, et une sensibilité juste, pudique au fond. Joli coup double.

Lamastre (centre culturel) :
vendredi 09 décembre à 18h & 21h
samedi 10 décembre à 21h
mardi 13 décembre à 14h30 (
séance scolaire et en partenariat avec l’UTL, ouverte à tous)

Vernoux (salle du lac) :
dimanche 11 décembre à 17h
lundi 12 décembre à 18h & 21h

Chalencon (salle polyvalente) :
dimanche 11 décembre à 20h30

St Jean Chambre (espace Balmont) :
mardi 13 décembre à 20h30

 

LES SENTIERS DE LA GLOIRE

affichelessentiersdelagloire.jpg
Film de Stanley Kubrick (drame / guerre – USA – 1957 – 1h28 – V.O.S.T.)
Avec Kirk Douglas, Ralph Meeker, Adolphe Menjou …

Film programmé dans le cadre du cycle « mémoire du cinéma » en partenariat avec Les Écrans

En 1916, durant la première Guerre mondiale, le général français Broulard ordonne au général Mireau de lancer une offensive suicidaire contre une position allemande imprenable, surnommée « la fourmilière ». Au moment de l’attaque, les soldats tombent par dizaines et leurs compagnons, épuisés, refusent d’avancer… Premier chef d’oeuvre de la carrière de Kubrick, Les Sentiers de la gloire se définit comme un anti-film héroïque, diatribe désespérée et virulente contre le système de guerre. En racontant l’histoire de soldats condamnés à mort pour avoir refusé de mourir au front, Kubrick fustige l’armée et décrit les rouages absurdes mais inéluctables de la hiérarchie martiale. Tourné en Allemagne, le film impressionne par sa reconstitution des tranchées et la performance magistrale livrée par Kirk Douglas en colonel révolté contre le cynisme et la manipulation des masses. A l’époque, on reprocha à la charge politique son pessimisme et son antipatriotisme. Jugé trop critique envers l’armée, le film ne fut même pas montré en France avant 1975. Aujourd’hui, Les Sentiers de la Gloire est devenu un modèle cinématographique incontestable, qui a su dépeindre l’un des plus grands drames de la condition humaine.

Lamastre (centre culturel) :
lundi 12 décembre à 9h30 (séance scolaire ouverte à tous)
mardi 13 décembre à 21h

Vernoux (salle du lac) :
mercredi 07 décembre à 21h

 

Commenter

 
 

loladu84mdr |
shaolin13 |
Silyvor Movie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PHILIPPE PINSON - ...
| Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX