Ecran Village

Cinéma associatif à Vernoux, Lamastre, St Jean Chambre et Chalencon (07)

 

Du 28 décembre au 03 janvier 2012 20 décembre, 2011

Classé dans : Archives — Moïse @ 12:06

HUGO CABRET

Du 28 décembre au 03 janvier 2012 dans Archives affiche-hugo-cabret1
Film de Martin Scorses (aventure – USA – 2011 – 2h08 – V.F.)
Avec Ben Kingsley, Sacha Baron Cohen, Asa Butterfield, Chloé Moretz, Helen McCrory…
Film tout public à partir de 6 ans

Voilà un film qu’on reçoit comme un cadeau, une malle aux trésors. On y découvre pêle-mêle une aventure pleine de mystères dans un Paris à l’ancienne, la reconstitution d’un fameux accident qui eut lieu à la gare Montparnasse, au temps où elle s’appelait gare de l’Ouest, et celle de la non moins fameuse projection, en 1896, d’un des premiers films de l’histoire du cinématographe, L’Arrivée d’un train en gare de La Cio­tat des frères Lumière. Mais si Hugo Cabret nous ramène au temps du cinéma muet, c’est à travers un grand spectacle sous la direction de Martin Scorsese. Il y a là de quoi enchan­ter les enfants comme les cinéphiles, et même les enfants cinéphiles, ceux du film montrant l’exemple d’une formation précoce et très heureuse à l’amour du septième art. Pour réunir tout cela, il a d’abord fallu un livre fort et original, L’Invention de Hugo Cabret, de Brian Selznick. Son héros est un gamin orphelin qui, dans le Paris de 1931, vit seul sous les toits d’une grande gare dont il remonte les horloges. Une au­tre mécanique l’occupe : la mise en route d’un étrange automate laissé par son père. Pour l’animer, une clé en forme de coeur est nécessaire. Hugo va la trouver grâce à Isabelle, orpheline elle aussi, qui vit chez le vieux marchand de jouets de la gare. Cet homme austère a un fabuleux ­secret : il a été un inventeur, un créateur d’images pleines d’imagination. Il s’appelle Georges Méliès… Mais le génial auteur du Voyage dans la Lune (1902) a fini ruiné, oublié dans cette gare où il a dû se faire marchand de jouets. Avant d’être redécouvert et fêté à Paris… Comme un jeu de pistes à la fois sophistiqué et enfantin, l’intrigue d’Hugo Cabret mêle fantaisie et réalité historique pour nous conduire vers la belle aventure des débuts du cinéma, à travers Méliès. Retourner à l’enfance de l’art, c’est aussi, pour les orphelins Hugo et Isabelle, renouer les fils de leur propre histoire. Le film, comme le livre auquel il est fidèle, reste un conte. Il nous dit que le cinéma illumine notre vie et nous guide de la solitude à la lumière. Et Scorsese se fait avec joie le porte-voix de ce message, lui qui a dédié depuis longtemps une grande partie de son travail à la mémoire du cinéma et à sa transmission à travers des documentaires et une fondation, World Cinema Foundation. Loin de tout ce que le réalisateur des Affranchis et de Casino a fait jusqu’ici, Hugo Cabret n’en est donc pas moins une oeuvre personnelle. Mais Scorsese se place surtout ici en admirateur. Humble et passionné. Face au légendaire Méliès, il se montre, dans une scène, simple photographe venu immortaliser le maître. Au service de sa gloire, en quelque sorte. Donc au service du spectacle, car l’histoire du cinéma inventé par le magicien Méliès, c’est celle de la naissance des trucs et des trucages, des tours de magie et des effets spéciaux. Scorsese a d’autant plus d’admiration pour ces manipulations de l’image qu’il se situe davantage du côté des frères Lumière, proche du documentaire. Méliès, quant à lui, voit dans le cinéma les pouvoirs d’un immense tableau animé ; il est du côté de la peinture, du dessin. Mais nul devoir de choisir entre ces différentes visions, Hugo Cabret les célèbre toutes. Hugo Cabret fait le lien entre cinéma d’hier et d’aujourd’hui. Scorsese nous parle de l’émerveillement inventé et réinventé par le cinéma.  Son film est le plus beau conte de Noël qui ait été donné à voir depuis longtemps.

Lamastre (centre culturel) :
jeudi 29 décembre à 21h
vendredi 30 décembre à 16h
& 21h

Vernoux (salle du lac) :
mercredi 28 décembre à 17h
samedi 31 décembre à 17h
dimanche 01 janvier à 17h
lundi 02 janvier à 21h

Chalencon (salle polyvalente) :
dimanche 01 janvier à 20h30

St Jean Chambre (espace Balmont) :
mardi 03 janvier à 20h30

 

4 Commentaires

  1.  
    Sylvain
    Sylvain écrit:

    votre commentaire est de la pure foutaise, c’est un mauvais film par un cinéaste usé.

  2.  
    Moïse
    Moïse écrit:

    Cher Sylvain,

    que vous n’ayez pas aimé Hugo Cabret ne vous permet pas pour autant de fustiger notre commentaire sur ce film! Il y a autant de sensibilités diverses qu’il y a de spectateurs… La votre vous appartient, et il est tout à fait légitime de votre part de nous la faire partager… sans pour autant vous en prendre à nous, qui n’avons fait que notre travail de diffusion d’un film qui nous a semblé intéressant de vous proposer.

    Sur ce, bonne année à vous, en espérant que le prochain film que vous irez voir vous plaira.

  3.  
    Pierre
    Pierre écrit:

    Ben moi, sans polémiquer, j’ai fortement aimé ce film, qui m’a permis de voir les plus belles images et décors vus depuis longtemps et m’a donné envie de voir et revoir l’oeuvre de Méliès … et de mieux connaître Scorsese …

  4.  
    nathalie
    nathalie écrit:

    Cher Sylvain, je me permets de répondre à votre
    commentaire : que vous n’aimiez pas le film est tout
    à fait votre droit mais par rapport aux commentaires
    qui est selon vous « de la pure foutaise », Moîse n’y
    est pour rien. C’est la critique telerama lors de la
    sortie en salle « POUR », en copié/collé de Frédéric
    Strauss.
    C’est vrai qu’il aurait été judicieux qu’il fasse
    aussi un copié/collé de la critique de Jacques Morice
    « CONTRE »; vu que ce film a été aimé ou détesté par les critiques et aussi le public.

    Autrement bonne année à tous et merci à Ecran
    Village d’exister dans nos campagnes.

Commenter

 
 

loladu84mdr |
shaolin13 |
Silyvor Movie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PHILIPPE PINSON - ...
| Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX