Ecran Village

Cinéma associatif à Vernoux, Lamastre, St Jean Chambre et Chalencon (07)

 

Du 29 février au 06 mars 7 mars, 2012

Classé dans : Archives — Moïse @ 14:59

J.EDGAR

Du 29 février au 06 mars dans Archives affiche-J.edgar_
Film de Clint Eastwood (Biopic / drame – USA – 2012 – 2h15 – V.O.S.T.)
Avec Leonardo DiCaprio, Naomi Watts, Armie Hammer, Josh Lucas…

Le film explore la vie publique et privée de l’une des figures les plus puissantes, les plus controversées et les plus énigmatiques du 20e siècle, J. Edgar Hoover. Incarnation du maintien de la loi en Amérique pendant près de cinquante ans, J. Edgar Hoover était à la fois craint et admiré, honni et révéré. Mais, derrière les portes fermées, il cachait des secrets qui auraient pu ruiner son image, sa carrière et sa vie. Avec J. Edgar, Clint Eastwood réalise sans doute un de ses films les plus ambitieux, bien aidé par un Leonardo DiCaprio magistral dans un registre mêlant l’antipathique au vulnérable qu’il maîtrise sur le bout des doigts. Eastwood dresse un portrait de «son» Amérique, celle d’une supposée apogée que le cinéaste a fini par incarner, à travers un héros paradoxal, torturé et tragique, vivant toute son existence au rythme contraire de sa réputation. J. Edgar Hoover fut le redouté patron du FBI. Avec un acharnement obsessionnel, il mit tout ce qu’il put en fiches détaillées, modernisant les techniques de police scientifique et usant de tous les coups tordus pour maintenir son pouvoir à une échelle de quasi-invincibilité. Il fait plus que survivre à huit présidents qui, au même titre que chaque personnalité politique américaine, vivaient dans la crainte de son ahurissante collection de dossiers compromettants qu’il entassait dans un placard de son bureau. A ce titre, les frères Kennedy en ont salement bavé, de même que Franklin D. Roosevelt qui dut encaisser les révélations sur le compte de son épouse, paraît-il aussi attirée par les aventures fugaces avec des femmes que par les idées progressistes. En revanche, le tout-puissant FBI et son directeur se sont montrés bien mous du genou quand il s’est agi de lutter contre le crime organisé. D’où un soupçon légitime de collusion avec la mafia qui se portait comme un charme tandis que le moindre membre d’un groupuscule de gauche était traqué sans pitié. Par contre, le quotidien d’Hoover n’était que manies de vieux garçon et manifestations de son sale caractère, humiliant ses agents, exprimant sans retenue son mépris pour les Noirs, les Juifs ou les homosexuels et cultivant une haine sans limite pour tout ce qui se rapprochait des communistes. Ce qui intéresse Eastwood au plus haut point dans ce personnage, c’est la part de mystères et de légendes ténébreuses. Le film prend à son compte l’hypothèse que Hoover était sous l’emprise castratrice d’une mère dragon dont il n’est jamais parvenu à se soustraire. Il dit enfin que Hoover n’a connu qu’un seul et unique amour : Clyde Tolson, son adjoint, avec qui il vivait, dînait, partait en vacances en Floride, jouait aux courses et aux côtés duquel il voulut se faire enterrer. Avant d’être un film sur l’exercice du pouvoir, J. Edgar est un film sur un amour impossible. Que Hoover ait couché avec Tolson n’est pas la question. Le film montre bien davantage que Hoover, le gardien le plus féroce, le plus intransigeant d’un conformisme américain blanc, a été le maître d’ouvrage d’un système totalitaire dans lequel il s’est lui-même enseveli. Son entêtement à empiler les secrets de toute l’Amérique dans un placard ne servait finalement qu’à mieux y dissimuler les siens. A sa mort, sa secrétaire, qui l’a accompagné pendant toute sa carrière, a détruit tous les dossiers, sans un mot. J.Edgar est une réussite, un film tourmenté et fascinant surgi des replis les plus ténébreux de l’histoire et de la psyché américaines.

film précédé d’un court métrage:

FRENCH ROAST

Film de Fabrice O.Joubert (Animation – France – 2010 – 0h08)

Au moment de régler l’addition dans une chic brasserie Parisienne, un homme d’affaires guindé se rend compte avec horreur qu’il a oublié son portefeuille : comment va-t-il payer ?

Lamastre (centre culturel) :
jeudi 01 mars à 21h

vendredi 02 mars
21h

Vernoux (salle du lac) :
samedi 03 mars 21h
dimanche 04 mars 17h
lundi 05 mars à 21h

Chalencon (salle polyvalente) :
dimanche 04 mars à 20h30

St Jean Chambre (espace Balmont) :
mardi 06 mars à 20h30

 

 

Commenter

 
 

loladu84mdr |
shaolin13 |
Silyvor Movie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PHILIPPE PINSON - ...
| Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX