Ecran Village

Cinéma associatif à Vernoux, Lamastre, St Jean Chambre et Chalencon (07)

 

Du 04 au 10 avril (3 films) 10 avril, 2012

Classé dans : Archives — Moïse @ 9:00

BULLHEAD

Du 04 au 10 avril (3 films) dans Archives affiche-bullhead
Film de Michaël R. Roskam (Policier – Belgique – 2012 – 02h09 – V.O.S.T.)
Avec Matthias Schoenaerts, Jeroen Perceval, Jeanne Dandoy…
Interdit aux moins de 12 ans

Le cinéma du belge Michael R. Roskam évolue sur des territoires plus cosmopolites que ne le laisse imaginer le décor rural des Flandres où se déroule l’essentiel de son premier long métrage. Film noir aux influences américaines évidentes, Bullhead prend à bras-le-corps une intrigue qui ne ferait pas injure au fin fond d’un patelin du Midwest, où obscurantisme, frustration sexuelle et violence à fleur de peau font le meilleur des ménages. Un jeune fermier, baraqué comme un frigo et l’air aussi commode qu’un doberman, se retrouve embringué dans une affaire de trafic d’hormones pour bovins, manifestement l’une des rares activités juteuses de la rude contrée. A mi-chemin entre le thriller et le western, le film parvient à donner au fait divers (l’affaire Van Noppen, l’inspecteur vétérinaire tué en 1995 par « la mafia des hormones ») une ampleur scorsésienne. Les cow-boys et les gangsters sont ici des paysans pur jus, manières rustaudes, bottes en caoutchouc et patois à couper au couteau. Tous plus louches ou dégénérés les uns que les autres. Jacky, le colosse aux pieds d’argile, montagne de muscles à la psyché en vrac, s’inflige, pour une raison cachée, le même traitement hormonal que les bœufs qu’il élève. Au point de leur ressembler. Cou de taureau, muscles sail­lants, Matthias Schoenaerts porte le film sur ses épaules, effrayant par ses accès de violence mais aussi bouleversant de fragilité. Derrière chaque monstre, il y a un enfant blessé. Une fois le trauma de Jacky révélé, le scénario devient encore plus noir : un requiem vengeur. Plastiquement aussi, les couleurs sombres dominent, avec des plans magnifiquement léchés, où les percées de lumière semblent citer Rembrandt. Le piège se referme alors sur le héros maudit, et, comme une tragédie de Shakespeare, ce polar explore les rivalités père/fils, alterne le grotesque et l’effroi. Dans ce film sur la frontière – entre les langues, entre l’homme et l’animal – aucune réconciliation à l’horizon entre les trafiquants flamands et les rares personnages wallons. Bullhead est une œuvre impressionnante. Un polar de chemins de traverse qui avance à son rythme, entre scènes suspendues et fulgurances violentes, qui permet ainsi la révélation d’un acteur d’exception, et signe aussi un premier essai en forme de remarquable maîtrise technique.

Ce film est précédé du court métrage:

SUIKER
Film de Jeroen Annokkee (Fiction – Pays-Bas – 2010 – 08′ – V.O.S.T.)

Klaasje, la voisine de Bert, sonne à sa porte, légèrement vêtue, pour lui emprunter un pot de sucre. Elle laisse échapper le pot, ils se penchent en même temps pour le rattraper et se cognent la tête : Klaasje dégringole les escaliers.

Lamastre (centre culturel)
jeudi 05 avril à 21h
vendredi 06 avril à 21h

Vernoux en Vivarais (salle du Lac)
lundi 09 avril à 21h

Chalencon (salle polyvalente)
dimanche 08 avril à 20h30

St Jean Chambre (espace Balmont)
mardi 10 avril à 20h30

 

INDIGNADOS

affiche-indignados dans Archives

Film de Tony Gatlif (Documentaire – France – 2012 – 01h30)
Avec Mamebetty Honoré Diallo, Fiona Monbet, Isabel Vendrell Cortès…

Indignados est le témoignage de ce qui se passe aujourd’hui, et nous plonge dans la réalité dense et palpable d’une Europe révoltée. Au cœur de l’actualité, au sein même des mouvements des Indignés, nous découvrons, à travers le regard et le voyage de Betty, jeune clandestine africaine, des hommes et femmes qui se dressent face à un système, pour juste pouvoir vivre. C’est une libre adaptation du best-seller Indignez-vous, de Stéphane Hessel. Il dénonce l’injustice sociale, appelle à une révolte pacifique et revient sur la misère en Europe. Un documentaire ou presque. Car aux images authentiques d’actions menées par le mouvement des Indignés s’ajoutent les scènes du parcours de Betty. Les messages de Stéphane Hessel sont typographiés sur l’image, la musique s’inspire de sons improbables (le froissement d’une canette, des mains qui frappent de la tôle), les métaphores sont imparables (des milliers d’oranges qui dévalent les rues pour illustrer la révolution tunisienne). Un coup de cœur et un cri de colère comme Tony Gatlif a souvent l’habitude de les asséner. Un film tourné dans l’urgence, sans vraiment s’inquiéter de prendre un scénario en bagage. Entre documentaire et onirisme, une démarche parfois esthétisante pour prendre le pouls des jeunesses du monde entier engagées dans la révolte contre le no futur qui leur est promis.

Lamastre (centre culturel)
jeudi 05 avril à 19h
samedi 07 avril à 21h

Vernoux en Vivarais (salle du Lac)
lundi 09 avril à 18h

 

LE JARDINIER QUI VOULAIT ÊTRE ROI

affiche-le-jardinier-qui-voulait-%C3%AAtre-roi
Films de David Sukup, Kristina Dufkova et Vlasta Pospisilova (animation – Tchéquie – 2012 – 01h05 – V.F.)
Avec André Wilms…
Tout public à partir de 5 ans

Programme composé de deux courts métrages d’animation :
« L’Histoire du chapeau à plume de geai »: le vieux roi avait trois fils, auxquels il confia la mission de ramener un petit chapeau qu’il oublia des années auparavant dans une auberge des Terres Lointaines. Celui qui lui ramènera le chapeau sera couronné roi. Le premier, Alphonsafond fila aussitôt à bord de son bolide de course. Le second, Thomassif, coupa à travers champs sur sa bulldopelleteuse. Enfin, Jean, le troisième fils, dépensa toutes ses économies dans une petite mobylette pour atteindre les Terres Lointaines. Lequel arrivera le premier et sera donc couronné roi ?
« La raison & la chance » : M. Raison et le jeune Chance se croisent sur un pont. Ne voulant pas se céder le passage l’un à l’autre, ils se disputent. Mais quand finalement M. Raison cède le passage, il revendique que sans raison nul ne peut vivre, ce qui ne laisse pas Chance indifférent et ceux-ci se lancent un défi : M. Raison va entrer dans la tête d’un pauvre éleveur de cochon et nous allons voir jusqu’où peut-on aller sans un peu de chance…
Comme beaucoup d’oeuvres d’animation tchèques, ces deux courts pour les tout-petits ont le mérite de proposer une alternative esthétique aux grosses machines internationales. Ici, le fond rejoint même la forme puisque ces fables, avec des marionnettes, ont la teneur des contes moraux emplis de sagesse. Deux historiettes malicieuses et sans mièvrerie.

Lamastre (centre culturel)
samedi 07 avril à 17h

Vernoux en Vivarais (salle du Lac)
mercredi 04 avril à 15h
lundi 09 avril à 15h

Chalencon (salle polyvalente)
dimanche 08 avril à 17h30

 

Commenter

 
 

loladu84mdr |
shaolin13 |
Silyvor Movie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PHILIPPE PINSON - ...
| Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX