Ecran Village

Cinéma associatif à Vernoux, Lamastre, St Jean Chambre et Chalencon (07)

 

Du 25 avril au 01 mai (3 films + 1 festival) 1 mai, 2012

Classé dans : Archives — Moïse @ 17:42

CLOCLO

Du 25 avril au 01 mai (3 films + 1 festival) dans Archives AFFICHE-CLOCLO
Film de Florent-Emilio Siri (Biopic – France – 2012 – 02h28)
Avec Jérémie Rénier, Benoît Magimel, Monica Scattini, Sabrina Seyvecou …

Cloclo, c’est le destin tragique d’une icône de la chanson française décédée à l’âge de 39 ans, qui plus de 30 ans après sa disparition continue de fasciner. Star adulée et business man, bête de scène et pro du marketing avant l’heure, machine à tubes et patron de presse, mais aussi père de famille et homme à femmes… Cloclo ou le portrait d’un homme complexe, multiple ; toujours pressé, profondément moderne et prêt à tout pour se faire aimer. Il s’épilait les sourcils et se décolorait les cheveux, portait des pattes d’eph et des chaussures à talon vernies, entouré de jeunes femmes toutes en longueur et dévêtues qui se déhanchaient à son propre rythme. Florent-Emilio Siri, le réalisateur, y vise avant tout la clarté du récit. Résultat : un film cohérent et obstiné, qui ne dévie jamais de sa route. Claude François était un grand narcissique et un obsessionnel de première classe et qui en est mort, en voulant revisser une applique électrique alors qu’il prenait une douche dans sa baignoire. Toute sa vie peut être mesurée à cette aune, et c’est ce que fait le scénario – tout son entourage était soumis à la pression de sa réussite personnelle. Le film le répète de bout en bout – bien qu’il ait été coproduit par ses deux fils. Jérémie Renier y est génial : non seulement il ressemble physiquement à Claude François mais il parvient à l’incarner sans chercher à l’imiter bêtement, tout en se gardant bien de la moindre distance avec son personnage. Beau film.

Ce film est précédé du court métrage:

OPEN THE DOOR PLEASE
Film de Joana Hadjithomas & Khalil Joreige
(Fiction – France – 2006 – 12′)

A 12 ans Jacques mesure plus d’1m 80 alors que ses camarades mesure 30 à 40 cm de moins. Ce matin, c’est le jour de la photo de classe. Le photographe tente de composer en vain selon les règles de l’art, recherchant une belle symétrie. Mais comment mettre Jacques dans le même cadre que les autres ?

Lamastre (centre culturel)
jeudi 26 avril à 15h & 21h
samedi 28 avril à 21h

Vernoux en Vivarais (salle du Lac)
dimanche 29 avril à 17h
lundi 30 avril à 21h

Chalencon (salle polyvalente)
dimanche 29 avril à 20h30

St Jean Chambre (espace Balmont)
mardi 01 mai à 20h30

 

PINA

AFFICHE-PINA dans Archives

Film de Wim Wenders (Documentaire – Allemagne – 2011 – 01h43 – V.O.S.T.)
Avec Pina Bausch, Regina Advento, Malou Airoudo, Ruth Amarante …
Film programmé dans le cadre du festival « Danse au fil d’avril » avec deux représentations de danse, une à Lamastre avec la Cie Des pas possibles, et une autre à Vernoux avec une chorégraphie des élèves adultes et un solo de Lisa Gimenez par l’école départementale musique et danse.

Pina est un film pour Pina Bausch de Wim Wenders. C’est un film dansé, porté par l’Ensemble du Tanztheater Wuppertal et l’art singulier de sa chorégraphe disparue à l’été 2009. Ses images nous convient à un voyage au cœur d’une nouvelle dimension, d’abord sur la scène de ce légendaire Ensemble, puis hors du théâtre, avec les danseurs, dans la ville de Wuppertal et ses environs – cet endroit dont Pina Bausch a fait son port d’attache durant 35 ans et où elle a puisé sa force créatrice. Rencontre entre deux monstres sacrés de la culture allemande. Pina Bausch, était l’une des plus grandes chorégraphes du monde. Wim Wenders, lui, porta dans les années 70 les plus grands espoirs d’un cinéma moderne européen sous influence américaine. Pina est essentiellement constitué de larges extraits de spectacles de la chorégraphe (Le Sacre du printemps, Café Müller, Kontakthof, Vollmond…), envolées de corps, de gestes, de mouvements collectifs, de musiques et de rythmes absolument saisissantes, y compris pour un spectateur peu familier des spectacles de danse. Difficile de résister à cette expression totale des corps et des visages, à cet art qui tient aussi de la sculpture, du théâtre, de l’opéra, du sport. Les différents numéros sont entrelardés d’interviews des danseurs dont les propos, tour à tour instructifs et émouvants, complètent le portrait de l’artiste. Pina rend justice au travail d’une artiste majeure et à une discipline magnifique que l’on croit à tort réservée aux spécialistes.

Lamastre (centre culturel)
vendredi 27 avril à 21h (séance précédée d’une représentation de danse avec la compagnie Des Pas Possibles et d’un moment convivial avec les danseurs. A partir de 19h)

Vernoux en Vivarais (salle du Lac)
samedi 28 avril à 21h (séance précédée d’une représentation de danse avec les élèves de l’école départementale de danse, et d’un solo de Lisa Gimenez, ainsi qu’un moment conviviale avec les danseurs. A partir de 19h)

 

CHEVAL DE GUERRE

affiche-cheval-de-guerre

Film de Steven Spielberg (Drame historique – USA – 2012 – 02h27 – V.F.)
Avec Jérémy Irvine, Emily Watson, Peter Mullan, Niels Arestrup…
Tout public à partir de 10 ans

De la magnifique campagne anglaise aux contrées d’une Europe plongée en pleine Première Guerre Mondiale, Cheval de guerre raconte l’amitié exceptionnelle qui unit un jeune homme, Albert, et le cheval qu’il a dressé, Joey. Séparés aux premières heures du conflit, l’histoire suit l’extraordinaire périple du cheval alors que de son côté Albert va tout faire pour le retrouver. Joey, animal hors du commun, va changer la vie de tous ceux dont il croisera la route : soldats de la cavalerie britannique, combattants allemands, et même un fermier français et sa petite-fille… Qui mieux que Spielberg pouvait s’attaquer à ce projet, simple dans son sujet mais compliqué à harmoniser ? Il y retrouve un thème qui lui est cher depuis longtemps : la guerre. Et à travers elle, une interrogation : comment con­ti­nuer de croire, malgré l’horreur, voire la barbarie, à l’humanité ? Cheval de guerre est un film à grand spectacle, où se mêlent loyauté, espoir et ténacité, adapté du roman jeunesse du Britannique Michael Morpurgo. Improbable film, où une histoire intime puis une épopée lyrique autour d’un cheval se terminent comme un western de John Ford. Steven Spielberg estime assez son public enfantin pour ne pas lui cacher ce que le monde a de terrible. Pour cette raison, on peut voir Cheval de guerre, longtemps après avoir passé ses 10 ans.

Vernoux en Vivarais (salle du Lac)
mercredi 25 avril à 15h

 

Commenter

 
 

loladu84mdr |
shaolin13 |
Silyvor Movie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PHILIPPE PINSON - ...
| Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX