Ecran Village

Cinéma associatif à Vernoux, Lamastre, St Jean Chambre et Chalencon (07)

 

Du 01 au 07 août (2 films) 7 août, 2012

Classé dans : Archives — Moïse @ 14:00

LA PART DES ANGES

Du 01 au 07 août (2 films) dans Archives affiche-La-part-des-anges
Film de Ken Loach (Comédie dramatique – Grande Bretagne – 2012 – 1h41 – V.O.S.T.)
Avec Paul Brannigan, John Henshaw, Gary Maitland, Roger Allam…

Le prix du jury attribué à la Part des anges de Ken Loach au dernier Festival de Cannes a surpris tout le monde. Surtout Ken Loach (Palme d’or en 2006 pour Le vent se lève), qui l’a reçu un sourire perplexe aux lèvres. Son film avait été accueilli avec une étrange condescendance. C’était «un petit Loach», c’était «gentil», c’était «sympa». Sans doute était-ce tout cela. Mais aussi davantage. D’abord, ne pas trahir son sujet, écrit par son scénariste fétiche Paul Laverty et né d’une statistique navrante – l’année dernière, en Angleterre, pour la première fois, le nombre de jeunes au chômage a dépassé le million – , Loach n’a pas trahi, il a, à nouveau, comme souvent, comme il sait le faire, montré que la classe ouvrière de son pays ne va pas au paradis et que c’est plus dur encore lorsque l’on est jeune, lorsqu’on est petit. Les drames sociaux de Ken Loach imposent admiration et respect. Cette fois il a choisi pour dire ses colères, son engagement sans faille du côté des lésés, le registre insolite et bienfaisant de la comédie. On rit donc souvent – même si ce n’est pas gai –, avec ce conte de fées cabossées, rédemption d’un voyou avenant dans les effluves célestes d’un whisky de prix. Ça se passe à Glasgow dont on voit les rues sombres mais aussi la campagne douce, et où l’accent écossais est épais comme le brouillard. Robbie, la vingtaine, plein de rages légitimes, navigue de bagarres violentes en larcins divers, mais voilà, de toutes ses forces, il voudrait rentrer dans l’ordre : il est amoureux d’une fille «trop bien pour lui», et il va être papa… Échappant par miracle à la prison, Robbie est condamné à 300 heures de travaux d’intérêt général. Dès lors, le film échappe au drame (et aussi à la réalité), comme un oiseau s’échappe de sa cage. Harry, un éducateur bon comme une nounou, se prend d’affection pour lui et trois autres de ses ouailles un peu délinquantes occupées à nettoyer un cimetière, et les emmène en excursion pour les distraire. Notamment dans une raffinerie de whisky. C’est là qu’elles apprennent, et nous aussi, que la vapeur d’alcool s’échappant inéluctablement des fûts précieux est appelée «la part des anges». C’est là que Robbie révèle ses dons insoupçonnés, il a un nez, un palais, et est vite repéré par un grand spécialiste. Une vente aux enchères d’un montant astronomique doit avoir lieu, un américain richissime et inculte est le client idéal. Et si pendant la nuit précédant la vente, on pompait un peu du divin breuvage pour le remplacer par de la piquette et vendre à son juste prix (astronomique) le nectar prélevé, le client n’y boirait que du feu. C’est à cette épopée modeste de nos quatre larrons maladroits, dérisoires mousquetaires en kilt, que le film nous convie. Prendre aux riches quand on est pauvre, après tout… A la fin, non, Robbie n’est pas devenu un ange. Mais Ken Loach lui fait confiance. Et nous aussi. Il va réussir à attraper sa chance. Du moins une petite part. Ce Ken Loach millésime 2012 est à déguster sans modération !

Ce film est précédé du court métrage:
EN BOUQUETS SERRÉS
un film de Ornette Spenceley
(Fiction – Grande-Bretagne – 2007 – 10′ – V.O.S.T.)

Une jeune mère célibataire gagne sa vie en sillonnant le pays comme ouvrière agricole. Après la perte soudaine de son emploi, elle est contrainte d’assumer ses responsabilités parentales.

Lamastre (plein air – préau école publique) :
jeudi 02 août à 21h30

vendredi 03 août
à 21h30

Vernoux (salle du lac) :
dimanche 05 août à 17h
lundi 06 août à 18h & 21h

Chalencon (salle polyvalente) :
dimanche 05 août à 20h30

St Jean Chambre (espace Balmont) :
mardi 07 juillet à 20h30

 

LES AVENTURES EXTRAORDINAIRES
D’ADÈLE BLANC-SEC

affiche-Ad%C3%A8le-Blanc-Sec dans Archives
Film de Luc Besson (Aventure – France – 2010 – 1h47)
Avec Louise Bourgoin, Gilles Lellouche,Mathieu Amalric, Jean-Paul Rouve…
Film tous publics / séance gratuite offerte par la ville de Vernoux en Vivarais

En cette année 1912, Adèle Blanc-Sec, jeune journaliste intrépide, est prête à tout pour arriver à ses fins, y compris débarquer en Égypte et se retrouver aux prises avec des momies en tout genre. Au même moment à Paris, c’est la panique ! Un œuf de ptérodactyle, vieux de 136 millions d’années, a mystérieusement éclos sur une étagère du Jardin des Plantes, et l’oiseau sème la terreur dans le ciel de la capitale. Pas de quoi déstabiliser Adèle Blanc-Sec, dont les aventures révèlent bien d’autres surprises extraordinaires… Luc Besson reprend l’esprit et les images, les vignettes mêmes des bandes dessinées de Jacques Tardi et c’est donc dans une ambiance familière aux amateurs du dessinateur qu’éclôt cet œuf de ptérodactyle, et c’est un Choupard alcoolisé qui l’aperçoit d’abord rue de Rivoli. Cette répétition cinématographique de l’univers dessiné est elle-même inventive, drôle et aventureuse. Le rapport à la parodie est nickel : c’est plein de mystères mais on sent que leur résolution n’est pas la grande affaire du film. Le montage joue des associations et celle qui voit le vieux professeur Espérandieu remuer des épaules pour simuler le battement des ailes de l’encore plus vieux ptérodactyle dit la respiration humoristique de l’œuvre de Luc Besson. Adèle Blanc-Sec est en Égypte quand commence sa propre aventure extraordinaire. Avec ces pyramides et ce sphinx, son ciel bleu, ses prétendus pilleurs de tombes et ses momies bientôt en folie. C’est que, curieusement, Adèle a besoin d’un médecin de l’Antiquité pour guérir sa sœur qu’une malencontreuse partie (amicale) de tennis a presque tuée, et c’est pourquoi – la logique a ses raisons que la raison ignore – l’affaire du ptérodactyle ne la laisse pas indifférente. «Maintenant que l’incroyable est fait, passons à l’impossible», comme elle le dira. Cela nécessitera de s’affronter à un «ignoble crétin» après l’autre et, là encore, Luc Besson réussit sa panoplie de personnages lamentables, de cet imbécile d’inspecteur Caponi aux allures d’Averell Dalton, au chasseur de fauves ne sachant pas chasser avec ou sans chien, en passant par l’infâme Dieuleveult dont les intentions on ne peut plus malveillantes à l’endroit d’Adèle sont perpétuellement et bienheureusement perturbées. Louise Bourgoin est inattaquable en tant que mademoiselle Blanc-Sec : drôle et chieuse à la fois, et toujours cadrée décemment quand elle est nue. Cela ne manque ni de fraîcheur, ni de fantaisie. C’est drôle et palpitant à la fois.

Vernoux (place Beauregard) :
vendredi 03 août à 21h30 (gratuit)

 

 

 

Commenter

 
 

loladu84mdr |
shaolin13 |
Silyvor Movie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PHILIPPE PINSON - ...
| Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX